Casino News

Belgique : jeux d’argent et paris sportifs en ligne légalisés dès septembre

Melissa Herrera 1 août 2011 - 18:37:36
drapeau belgique flottant

Depuis le 15 juillet, les opérateurs de jeux de casino et de paris sportifs possédant déjà une licence en Belgique peuvent proposer leur offre sur Internet à titre expérimental dès le mois de septembre. Les candidats souhaitant obtenir une extension de leur licence pour les jeux de hasard pourront officiellement lancer leur activité en ligne à partir de 2012.

Deux grandes dates butoir

Les casinos, les bookmakers et autres prestataires de jeux détenant d’ores et déjà une licence ont le moyen de faire une demande d’extension dès le mois de septembre. Tel est l’information principale qui a été communiquée à travers la publication d’arrêtés royaux datant du 15 juillet 2011. En demandant une extension de leurs activités en dur vers le web, les opérateurs pourront exercer sur Internet à titre provisoire. Ils ne pourront toutefois proposer qu’une offre équivalente à celle qui correspond actuellement à leurs prestations pour les jeux terrestres. La loi entrera officiellement en vigueur à partir de 2012 avec une autorité de régulation semblable à l’ARJEL qui veillera à ce que le marché belge soit parfaitement réguler, empêchant les intrusions et malveillances d’opérateurs étrangers illégaux.

La législation belge pour les jeux d’argent virtuels a donc franchi une étape importante et la première date butoir est bien plus proche qu’on ne le pensait. Les opérateurs en place vont pouvoir évaluer leur capacité à s’adapter au marché des jeux d’argent sur le web dès le mois de septembre, ce qui va ravir nos joueurs voisins.

2012 date de toutes les échéances ?

Pour d’autres régions européennes comme le Royaume-Uni, 2012 semble être une date fatidique. Les autorités britanniques, inquiètes depuis le Black Friday, ne cessent de répéter que la protection des joueurs doit être pour tous une priorité. La loi va également changer en Angleterre, trop souvent critiquée pour sa souplesse exacerbée. De ce fait, le nouveau dispositif se veut beaucoup strict : les opérateurs désireux de proposer leurs services au Royaume-Uni devront donc demander une licence à la Gambling Commission.

Par ailleurs, le concept de White List est dorénavant obsolète. Les opérateurs ayant reçu des licences auprès des commissions de jeux de Malte, Gibraltar et l’île de Man devront elles aussi passer par la Gaming Commission et payer des taxes réglementaires.

Cet article vous a plu ?
Faites-le savoir !