Casino News

Le marché de l'iGaming britannique sujet à des transformations !

Tracy Neeworth 18 juillet 2011 - 15:59:30
Le marché de l'iGaming britannique sujet à des transformations !

Le Ministre britannique John Penrose, a annoncé que des changements seraient adoptés en ce qui concerne l’industrie des jeux d’argent en ligne au Royaume-Uni. Les entreprises souhaitant offrir des jeux virtuels aux consommateurs devront très bientôt demander une licence d’exploitation aux organismes compétents. L’époque de la « White List » est révolue.

Une uniformisation des standards pour les opérateurs

Tous les opérateurs locaux et étrangers devront dans un futur proche posséder une licence agréée délivrée par la Gambling Commission s’ils souhaitent continuer à offrir leurs services aux consommateurs. D’après John Penrose -dont le ministère est chargé de la politique et des régulations pour l’industrie des jeux d’argent sur Internet- cette démarche sera essentielle afin de permettre à l’État de mieux combattre le jeu illégal ainsi que la corruption.

Le ministre John Penrose a été fortement influencé par la DCMS (Department for Culture, Media and Sports) qui encourage depuis le début de l’année 2011 une meilleure protection vis-à-vis des consommateurs britanniques naviguant sur les sites d’opérateurs implantés à l’étranger. Les nouvelles réformes apporteront leur lot de transformations. Ainsi, les opérateurs licenciés au sein de l’EEA (Espace Economique Européen) et les juridictions restantes qui étaient jusqu’alors répertoriés dans une « Liste Blanche » ne seront plus reconnus tant qu’ils ne se seront pas appropriés une licence auprès de l’autorité britannique compétente. Le Ministre Penrose s’exprime sans entourloupe quant à ces nouvelles réformes qui vont bouleverser le paysage des jeux d’argent en ligne au Royaume-Uni : « Les opérateurs qui veulent vendre des jeux d’argent aux internautes britanniques devront détenir une licence agréée par la Gambling Commission, et ce peu importe le lieu où se trouve leur siège social ».

L’avis des juridictions compétentes

Mais les nouvelles réformes ne font visiblement pas que des heureux. M. Allan Bell, qui est le Ministre du Département pour le Développement Economique de l’île de Man, a blamé les décisions de son confrère anglais. En effet, ce dernier ne comprend pas pourquoi la commission des jeux d’argent de l’île de Man –pourtant déjà reconnue- devrait être traitée de façon minimaliste.

« Les sociétés qui demandent une licence d’exploitation provenant de l’île de Man ont la possibilité d’opter pour une démarche plus intéressante car non seulement simplifiée mais surtout moins coûteuse. Lors d’une récente conversation avec le Ministre Penrose, on m’a garanti que la Gambling Commission ne souhaitait pas dupliquer notre travail et ne voulait pas suivre notre système de régulation ».

Pour M. André Wilsenach, Directeur Exécutif de l’AGCC (Alderney Gambling Control Commission), les décisions du Royaume-Uni sont « bonnes » et démontrent « l’importance d’une harmonisation des standards de régulation ainsi que le renforcement des niveaux de coopérations entre les organismes régulateurs ».

Cet article vous a plu ?
Faites-le savoir !