Casino News

Les jeux de casino du Massachusetts au cœur d’un conflit politique

Tracy Neeworth 27 juin 2011 - 14:29:52
Martha Coakley

Alors que les législateurs du New Jersey livrent corps et âmes pour faire passer une loi visant à réguler le marché des jeux d’argent sur Internet, l’État du Massachusetts devient le berceau de tensions et conflits politiques grandissants. Si les jeux de casino en dur devraient être rendus légaux très prochainement, les cyber-cafés, quant à eux, ont été contraints à la fermeture par le Ministre de la Justice.

Les jeux de casino terrestre oui, les jeux de casino en ligne non

Le Ministre de la Justice de l’État du Massachusetts, Martha Coakley, est une femme de poigne. Une femme de poigne qui sait se faire respecter. Lors de son élection en tant que représentante suprême de la loi, le Président Barack Obama lui avait montré toute son admiration. Et c’est d’une main de fer qu’elle dirige l’État du Massachusetts. Vendredi dernier, le Ministre de la Justice avait lancé les préparatifs pour légaliser les jeux de casino au sein de complexes hôteliers, les resorts comme on les appelle si bien aux États-Unis. Parallèlement, dans un souci de lutte contre les activités de jeux en ligne illégaux, Martha Coakley a ordonné la fermeture obligatoire de l’ensemble des cyber-cafés, une proposition qui avait déjà été faite à la mi-avril.

Cette interdiction permanente n’empêchera pas pour autant les propriétaires de cyber-cafés de défendre leurs intérêts devant les tribunaux. Plusieurs détenteurs d’infrastructures –qui avaient déjà été fermées au milieu du mois d’avril par les autorités compétentes, sont en train de demander une révision complète de l’amendement. Le conseiller municipal de la région de Fall River City, Leo Pelletier, est le gérant de l’un des cyber-cafés qui ont été fermés de force par la police. « On pense qu’on n’est pas dans l’illégalité, et c’est pour cela qu’on va amener cette affaire devant les tribunaux », nous a confié Pelletier, peu de temps après la nouvelle régulation. Quand bien même il ne s’est pas beaucoup renseigné sur la nouvelle loi, il est prêt à continuer son combat pour quelque chose qu’il croit être juste et honnête. Non, son métier n’a aucun caractère illégal.

L’importance des cyber-cafés aux États-Unis

Les cyber-cafés sont extrêmement populaires aux États-Unis, et ce depuis les dix dernières années. Ils offrent aux consommateurs de biens virtuels la possibilité de se connecter sur Internet et de surfer sur le web. Mais dans bien des cas, certains d’entre eux vont dans les cyber-cafés pour parier sur des jeux de casino en ligne. Dans la plupart des États d’Amérique, les gagnants sont payés par de petites sommes d’argent, qui leur sont reversées sur le compte en banque.

Cependant, les autorités de divers États ont déjà sévi contre les cyber-cafés, la loi officielle déclarant que ces établissements sont illégaux et dangereux. Les États de Caroline du Nord, de Floride et de Californie ont vu leurs cyber-cafés condamnés dès l’année dernière, le Massachussetts est le nouveau nom figurant sur cette liste noire.

Dernièrement, Pelletier a demandé à Coakley de reconsidérer sa position mais la décision qui a été prise vendredi dernier démontre que le Ministre de la Justice reste attaché à son interprétation de départ. Coakley a d’ailleurs insisté sur le fait que les jeux de loterie et de casino sur Internet étaient punis par la loi dans l’État du Massachussetts.

Cet article vous a plu ?
Faites-le savoir !