Casino News

Libéralisation des lois européennes sur les jeux d’argent

2 avril 2010 - 14:29:52
loi europe jeu argent

Si la Commission Européenne n’a que rarement pris des décisions en faveur du développement d’un marché des jeux de hasard en ligne en Europe, les opérateurs ont quant à eux bataillé ferme pour permettre une libéralisation de ces produits qui restent parfois contestés par les politiques. Il en résulte en France, en Italie et probablement bientôt au Danemark et en Espagne la fin du monopole des opérateurs historiques et l’essor des régulations, qui permettent d’offrir un cadre sain et légal aux parieurs en ligne.

La fin du protectionnisme, les débuts de la libéralisation

L’Union Européenne et l’ensemble de ses institutions ont peiné dans un exercice qui est pourtant fondamental dans l’harmonisation des échanges de ses pays-membres. Effectivement, les lois se rapportant aux jeux de hasard sur Internet auraient le mérite d’être élucidées, éclairées. Devant l’inaction de la Commission Européenne et la confusion des divers textes de loi, plusieurs nations européennes ont décidé d’instaurer des règles gouvernementales et de libéraliser par eux-mêmes les jeux d’argent en ligne dans leur territoire.

« La France et l’Italie notamment, ont fait de la libéralisation des jeux d’argent en ligne une phase essentielle de la redynamisation de leur économie respective, souhaitant par ailleurs mettre fin au protectionnisme et au monopole des opérateurs historiques ».

La France et l’Italie notamment, ont fait de la libéralisation des jeux d’argent en ligne une phase essentielle de la redynamisation de leur économie respective, souhaitant par ailleurs mettre fin au protectionnisme et au monopole des opérateurs historiques. Un autre élément à prendre en considération est l’essor progressif d’organismes régulateurs, notamment dans des secteurs tels que celui du poker en ligne. Dans certains pays européen, cette discipline est complètement tolérée, alors que dans d’autres, elle essuie un refus catégorique de la part des gouvernements. Encore une fois, l’UE est le cœur de bien des paradoxes.

Le nouveau président européen comme clé de voûte

Il est clair et net que les états européens souhaitant légaliser les jeux d’argent sur Internet attendront énormément du prochain président européen. Le représentant de Belgique pourrait être activement sollicité pour mandater une politique plus solide en matière d’iGaming. Les rumeurs vont bon train et le nouveau président européen pourrait apparemment se positionner en faveur d’un marché européen unique dédié aux jeux d’argent en ligne. Il faut dire que la Belgique souhaite également réguler certains jeux de hasard virtuels tels que le poker, qui pourrait représenter une source exponentielle de revenus.

Néanmoins l’Association Européenne des Jeux et Paris en Ligne (EGBA) prévient que de telles démarches pourraient créer du remous dans le vieux continent. Les projets de loi locaux seraient incompatibles avec le droit européen. « Compte tenu de l’intention clairement affichée par les autorités françaises de bloquer les transactions bancaires et l’accès aux sites non français et le maintien des poursuites pénales à l’encontre d’opérateurs européens réglementés et titulaires de licences, la création de marchés nationaux pourrait poser problème », a affirmé un consultant.

Cet article vous a plu ?
Faites-le savoir !