Casino News

Marvel et DC Comics : sources d’inspiration des éditeurs de machines à sous

Melissa Herrera 6 septembre 2011 - 17:16:58
dessin marvel dc comics

Nous le savons déjà : les machines à sous sont de tout type et de tout genre. Il y en a qui ont une présentation plutôt classique, d’autres qui comprennent des animations vidéo, d’autres encore dont les graphismes sont entièrement conçus en 3D. Mais certains développeurs ont très vite compris que les machines à sous thématiques pourraient leur rapporter beaucoup d’argent. Playtech ou encore Cryptologic sont certains d’entre eux.

Les « Comics » au service des jeux de machine a sous

Les « Comics », bandes dessinées dans le style purement américains, récits qui mêlent aventure et science-fiction, étaient extrêmement populaires pendant les années 1950 et 1970. Le rayonnement économique et culturel des États-Unis, vainqueur de la Seconde Guerre Mondiale, bouleversait déjà les mœurs durant une période où quelques grands événements et tendances marquèrent l’histoire : la crise du Canal de Suez, les débuts du Maccarthisme, la découverte de l’ADN mais aussi des grandes révélations cinématographiques et musicales telles que James Dean, Marilyn Monroe et Louis Armstrong.

Retranscrites sur papiers, les péripéties des héros de Marvel et DC Comics tels que Superman, Wonder Woman, Hulk ou encore Iron Man laissaient présager un avenir surréaliste où délires imaginaires et vérités scientifiques apportaient aux lecteurs leur lot de fantaisie. Accrocs des super héros, les développeurs Playtech et Cryptologic ont décidé dès l’an 2 000 d’exploiter tout le potentiel de ces personnages fictifs et fascinants.

De vastes changements depuis 1939

Rares sont les sociétés qui sont autorisées à s’inspirer de l’imagination de Marvel ou DC Comics. Les éditeurs de bandes dessinées ont négocié des royalties avec certains éditeurs de machines à sous, qui sont plus nombreux qu’on ne le croit. Si DC Comics a décidé de s’associer à Cryptologic, Marvel a quant à lui choisi le leader Playtech. Fondés dans les années 1930, les deux studios se plaisent à créer des personnages à la psychologie complexe, éprouvant un malaise considérable du fait de leurs pouvoirs insoupçonnés. Les développeurs de machines à sous ont donc relevé un défi incroyable : mettre en image les aventures de ces super-héros en respectant l’œuvre originale tout en les rendant suffisamment attractifs pour persuader le public des jeux d’argent virtuels.

Walt Disney, propriétaire de Marvel Comics, a d’ailleurs à son actif plus d’une dizaine de machines à sous mettant en surbrillance des personnages tels que Blade, Daredevil ou encore Hulk. Ces jeux sont d’ailleurs munis d’un jackpot progressif commun pouvant dépasser assez facilement le million d’euros.

Cet article vous a plu ?
Faites-le savoir !