Casino News

NeoGames décide de quitter le marché français

Yannick Martial 10 août 2011 - 16:27:52
neo games logo

Mauvaise nouvelle pour les fans de jeux de grattage en ligne. Le réseau numéro un de la catégorie, NeoGames, a annoncé qu’il allait se retirer du marché français d’ici peu. Cela faisait plusieurs mois qu’un opérateur n’avait pas déserté l’hexagone. Cela annoncerait-il le retour de la période noire qui terrifie la majorité des casinos en ligne éxercant en France ?

Le prestataire majeur de jeux de grattage s’en va

NeoGames, groupe qui représente l’un des réseaux de jeux de grattage en ligne parmi les plus importants à l’échelle mondiale a annoncé qu’il quitterait prochainement le marché français. Plus d’un an après le vote de la loi sur l’ouverture du marché français à la concurrence, NeoGames et ses quelques marques Scratch2Cash, Hopa et WinGrattage ont décidé de se retirer de l’hexagone pour des raisons stratégiques.

En effet, ce groupement d’opérateurs évoque dans un communiqué publié sur la plateforme d’afiiliation Aspire Affiliates sa volonté de quitter le marché français dès le 18 août 2011, soit dans huit jours. Si le prétexte de ce départ inattendu est « stratégique », il est probable que NeoGames ait reçu des plaintes provenant de l’ARJEL (Autorité de Régulation des Jeux en Ligne). Il semblerait que l’un des sites couverts par l’enseigne NeoGames, Scratch2Cash, ne disposerait pas de licence française et même pire encore : l’opérateur continuerait à offrir ses prestations à des joueurs français malgré les interdictions de l’organisme régulateur.

En l’attente de la clause de revoyure

Le départ de NeoGames annonce-t-il un fin plus dramatique ? Les casinos en ligne exerçant en France quitteront-ils eux aussi le territoire ? Les menaces de l’ARJEL se font de plus en plus pressante et plusieurs développeurs histoiriques ont renoncé à développer leurs activités en France. Ce fut notamment le cas de Microgaming ou encore Playtech.

Si NeoGames a préféré se retirer à l’amiable, d’autres opérateurs persistent à rester dans l’hexagone. Mais ces derniers pourront-ils demander une licence à l’ARJEL suite à la clause de revoyure des jeux en ligne, dont nous devrions connaître le contenu dès décembre 2011 ? Il y a fort à parier que cette clause n’incluera toujours pas les jeux de casino en ligne dans les divertissements d’argent autorités par l’ARJEL. Quoiqu’il en soit, si vous souhaitez tout de même continuer à jouer aux cartes de grattage, il vous reste encore l’excellent opérateur Mega Money Games.

Cet article vous a plu ?
Faites-le savoir !