Casino News

Playtech et sa nouvelle stratégie B2G aux feux de la rampe

11 octobre 2010 - 13:45:30
Playtech et sa nouvelle stratégie B2G aux feux de la rampe

Pour les opérateurs, fournisseur et concepteurs de solutions de jeux en ligne, les temps sont durs. Pourtant, en parlant de la situation actuelle de ses offres en matière de technologie, le quartier général des laboratoires Playtech se plait à dire que ses « performances continuent à s’améliorer ». D’après l’opérateur, cela serait dû à divers facteurs très importants.

Le premier est un élément incontestable : Playtech a décidé il y a quelques temps de cela de s’unir à la Raha-Automaattiyhdistys (RAY) que l’on dénomme aussi Finnish Slot Machine Association. Cet organisme scandinave est une association très connue dans le cadre des jeux de casino en ligne. Mais ce qui fait la différence entre la RAY et le reste des organismes évoluant actuellement sur le marché est le degré d’équité défendu. La RAY a en effet mis en place des outils techniques et logistiques qui en font l’association de jeux en ligne la plus responsable d’un point de vue international.

Certains instruments conçus par la RAY gèrent automatiquement l’argent du joueur ainsi que ses habitudes de gain, ce qui empêche ce dernier de faire des excès financiers pendant une partie. La Raha-Automaattiyhdistys a le monopole des jeux d’argent en Finlande et son outil de régulation du jeu est prisé partout dans le monde.

Aux côtés de la RAY, Playtech a décidé de procéder à la récolte de fonds à travers des opérations marketing pour soutenir le travail des volontaires issus des milieux de la santé et des organisations non-gouvernementales œuvrant pour l’égalité et le bien-être social.

Ce partenariat, qui dessine un nouveau visage au profil que l’on fait généralement des jeux en ligne –une source simple et ultra-lucrative pour les opérateurs, démontre à quel point des sociétés telles que Playtech sont concernés par les troubles sociaux du moment.

Afin d’harmoniser l’entente entre l’état et les sociétés privés, Playtech a par ailleurs légué des actions à un système B2G dans le but de se préparer à de futures régulations. En effet, il faut savoir que le commerce électronique ne se limite pas au web dans son ensemble. Dans le cadre du commerce inter-entreprises, l'échange électronique entre les sociétés privées et le gouvernement, justement dénommé B2G (de l’anglais « Business to Government ») est aussi de mise.

M. Roger Withers, le Président du groupe Playtech nous a par ailleurs confié que « l’avenir des jeux de hasard en ligne réside en l’établissement d’un marché parfaitement régularisé. Nous voulons que la société puisse librement s’exprimer dans un tel environnement économique». Autant dire que si le groupe désire prospérer dans le long-terme, il sera nécessaire d’ouvrir un nouveau format stratégique et d’ouvrir des brèches géographiques qui n’ont pas encore exploitées.

Cette opération semble déjà avoir débuté : en janvier dernier, Playtech s’était uni à une joint-venture Américaine du nom de Sciplay, un géant dans les jeux de loterie. « Nous sommes très contents de notre entente avec Sciplay qui nous permet de travailler en collaboration avec le gouvernement Américain ».

En plus de diversifier ses solutions en e-commerce, Playtech s’octroie donc les services d’organismes privés mais tient aussi à harmoniser son entente avec les gouvernements compétents. Et si, finalement, la solution à la crise était l’adoption du format B2G ?

Cet article vous a plu ?
Faites-le savoir !