Casino News

Royaume-Uni: les opérateurs locaux doivent-ils se délocaliser?

Melissa Herrera 22 février 2012 - 17:23:04
Royaume-Uni: les opérateurs locaux doivent-ils se délocaliser?

Le gouvernement britannique travaille depuis quelques temps sur une proposition qui contraindrait les opérateurs de jeux d’argent en ligne offshore à posséder une licence secondaire et à payer des impôts. Le Royaume-Uni a en effet fortement besoin qu’un tel modèle soit appliqué car il perdrait à l’heure d’aujourd’hui autour de 300 millions de livres sterling par an.

Deux opérateurs peu enthousiastes

Les deux principaux opérateurs qui n’ont pas pris la décision de se délocaliser sont Gala Coral et Bet365. Et ils ont eu apparemment tort ! Le co-directeur de Gala Coral, M. Carl Leaver, a exprimé son désarroi. Non seulement les impôts ne rendent pas son affaire rentable mais en plus de cela, le fait d’être implanté au Royaume-Uni ne fournit aucune sorte d’avantage compétitif ! Alors que M. Leaver espère un parfait nivelage des systèmes de taxation exercés sur les opérateurs présents dans le pays et ceux localisés à l’étranger, il admet que la possibilité de se délocaliser est de plus en plus d’actualité pour Gala Coral.

« Matt Hancock, membre du parlement, a déjà préparé une loi appliquant un nouveau système de taxation, qui prendrait en considération le lieu d’exercice de l’opérateur plutôt que l’endroit où ses serveurs sont hébergés ».

Matt Hancock, membre du parlement, a déjà préparé une loi appliquant un nouveau système de taxation, qui prendrait en considération le lieu d’exercice de l’opérateur plutôt que l’endroit où ses serveurs sont hébergés. Cela servirait à anéantir une bonne fois pour toute le dualisme qui existe entre les sociétés iGaming locales et celles offshore. Toutefois, les politiciens craignent qu’il ne faille patienter jusqu’à 2014 avant de pouvoir voir une modification de la loi, l’agenda politique actuel ne permettant pas véritablement de se soucier de l’état de santé des opérateurs de jeux de casino en ligne.

Les opérateurs offshores disent non aux taxes

Les opérateurs qui se sont délocalisés, tels que Ladbrokes, ne souhaitent évidemment pas que le gouvernement augmente les impôts à leur encontre. D’après l’Association of British Bookmakers, le marché iGaming rapporte un milliard de livres sterling au gouvernement alors qu’il n’en engendre que 600 millions en termes de profit. « On ne travaille même plus pour nous, on dirait qu’on le fait pour l’état ! », s’exclame un responsable de l’Association of British Bookmakers. D’après ce dernier, accroître encore les taxes actuelles reviendrait à aider les sites non-licenciés à se cacher davantage et à exercer dans l’illégalité.

Au même moment, les opérateurs de jeux de casino terrestres ont donné de la voie. Leurs représentants ont en effet interpelé le gouvernement afin qu’il aille jusqu’au bout de son projet d’augmentation des taxes. En effet, ils ne peuvent comprendre pourquoi les casinos offshores ne payent pas de taxe, les casinos terrestres reversant quant à eux presque 50% de leurs recettes à l’état.

Cet article vous a plu ?
Faites-le savoir !