Casino News

Nous avons eu vent d'un probable accord entre l’AAMS et l’ARJEL !

Tracy Neeworth 26 mai 2011 - 08:33:59
Nous avons eu vent d'un probable accord entre l’AAMS et l’ARJEL !

Les deux régulateurs européens pourraient prochainement signer un accord afin d’harmoniser leurs actions et favoriser le partage d’informations. L’AAMS et l’ARJEL signeraient un protocole d’accord préalable à une signature définitive dès le mois de juin.

Un moratoire pour une meilleure organisation

Les organismes de régulation des jeux en ligne italien et français pourraient bientôt convenir d’un accord de partenariat (MoU) afin de formaliser leurs bases de données respectives et de partager les informations jusqu’à maintenant récoltées. Un tel processus aura pour intérêt d’améliorer les organisations internes de l’AAMS et de l’ARJEL et de permettre aux deux instances de trouver des solutions à des problèmes communs.

« L’organisme italien et l’ARJEL travaillent déjà ensemble depuis l’été 2010, période correspondant d’ailleurs au lancement du marché des jeux en ligne français ».

Un senior de l’AAMS -le régulateur italien, qui souhaite garder l’anonymat, nous explique d’ailleurs que l’organisme italien et l’ARJEL travaillent déjà ensemble depuis l’été 2010, période correspondant d’ailleurs au lancement du marché des jeux en ligne français. « En réalité, les discussions avec l’ARJEL sont d’actualité depuis la date de sa création. Nous voyons régulièrement le personnel de l’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne afin de déterminer ensemble les éléments clés du marché européen. Notre collaboration n’étant plus si précoce que cela, il est naturel que nous voulions officialiser notre entente ». M. Raffaele Ferrara, président de l’AAMS et Jean-François Vilotte, directeur de l’ARJEL, devrait normalement signé l’accord dès juin prochain, si l’on en croit les dires de notre interlocuteur.

Des solutions communes pour des problèmes similaires

Il apparait que les deux organismes de régulation aient des modèles de fonctionnement identiques, d’autant plus qu’ils octroient tous deux des licences aux opérateurs désirant offrir des prestations de jeux de hasard sur le web. « Plusieurs thèmes ont déjà été abordés par l’AAMS et l’ARJEL, les modalités d’échanges d’informations de nos instances mais également les remèdes contre l’isolement de certains joueurs souffrant de dépendance ».

Si l’objectif de cette collaboration est de procéder à un échange d’informations susceptible de transformer les modes organisationnels et opérationnels des deux organismes, aucun sujet financier n’a véritablement été traité par l’AAMS et l’ARJEL. Ainsi, traiter du partage de liquidités ne semble pas être à l’ordre du jour mais la loi italienne dispose d’une clause pertinente, qui permettrait aux deux pays d’unir leurs fonds.

Rappelons que l’arrivée des jeux de casino et de « cash games » promettra une très belle année à l’Italie. On note dans ce pays une croissance globale –tous jeux d’argent inclus, de pas moins de 30%. Si le poker représente la principale source de revenu, les jeux de casino et le bingo devraient forcément accroître encore les bénéfices nets de l’Etat.

Cet article vous a plu ?
Faites-le savoir !