Casino News

Amaya Gaming : une probable privatisation qui fait débat

Yannick Martial 2 février 2016 - 17:14:16
Amaya Gaming : une probable privatisation qui fait débat

Il y a du remue-ménage du côté de l’éditeur de jeux de casino canadien Amaya Gaming. Son PDG, le très influent David Baazov, déjà à l’origine du rachat de PokerStars, Full Tilt et BetStars, souhaite privatiser la firme. Il serait en effet en discussion avec plusieurs investisseurs et pourrait bientôt soumettre une offre de rachat. L’idée pour David Baazov est de mettre la main sur les actions qu’il ne possède pas à l’heure actuelle. Le prix de lancement : 21$ par Action tout de même !

Quand David Baazov veut étendre son emprise sur Amaya Gaming

En possession d’un véritable empire, David Baazov, propriétaire majoritaire de la multinationale Amaya Gaming, souhaite asseoir toujours plus sa domination. Baazov, qui détient déjà plus de 24,5 millions d’actions ordinaires au sein de la société (soit à peu près 18,6% des actions émises en circulation), souhaiterait maintenant racheter 550 000 actions supplémentaires.

« En possession d’un véritable empire, David Baazov, propriétaire majoritaire de la multinationale Amaya Gaming, souhaite asseoir toujours plus sa domination. »

L’offre émise par David Baazov en fin de semaine dernière représente une prime de 40% par rapport à la valeur du titre d’Amaya Gaming à la clôture des marchés vendredi – elle se situait alors aux alentours de 14,99$. La situation est donc idéale pour David Baazov, qui a l’occasion de racheter des actions à un prix défiant toute concurrence, le titre ayant beaucoup fluctué ces cinquante-deux dernières semaines jusqu’à parfois atteindre la valeur de 37,52$.

Une offre opportuniste mais ô combien logique

Si la plupart des investisseurs considèreront que l’offre de David Baazov arrive au moment opportun, il ne faut pas oublier que la valeur importante de la monnaie américaine est un frein aux activités de l’entreprise à l’international – notamment en Europe. Par ailleurs, Amaya Gaming, malgré tout son poids sur le marché, est endetté. Selon les dires, aucune discussion concrète n’a été entamée entre David Baazov et le conseil d’administration d’Amaya Gaming. Néanmoins, ce même conseil pourrait en toute vraisemblance mettre sur pied un conseil exceptionnel réunissant des administrateurs indépendants. Leurs analyses et propositions seront attendues au tournant…

Cet article vous a plu ?
Faites-le savoir !