Casino News

Grèce : Bruxelles bien décidée à mettre fin au monopole de l’OPAP

Yannick Martial 15 avril 2014 - 02:47:31
Grèce : Bruxelles bien décidée à mettre fin au monopole de l’OPAP

La peur des opérateurs privés de voir le gouvernement grec proroger le monopole de l’OPAP dans les prochains mois commence à s’estomper. En effet, la Commission Européenne a laissé entendre qu’elle ne laisserait pas une telle injustice se poursuivre. Le marché grec des jeux de hasard en ligne sera-t-il vraiment à la portée de tous ? Nombreuses sont les rumeurs à ce sujet mais les faits sont eux aussi bien là. Bonus Casino en Ligne.info a enquêté à Athènes et à Bruxelles.

La Commission Européenne résiste à la pression

Dernièrement, les rumeurs au sujet du marché iGaming grec laissaient entendre que la Direction Générale du Marché Intérieur et des Services (DG MARKT), un sous-organisme de la Commission Européenne, aurait donné son feu vert au gouvernement hellène en vue d’une prorogation du monopole de l’OPAP, l’opérateur d’État historique, qui possède les pleins pouvoirs. Il faut savoir que le Comité de Surveillance des Jeux grec avait envoyé ses propositions à la Commission Européenne en mars 2013. Mais, entre-temps, une période de trois mois de statu quo était intervenue et la législation avait toujours laissé planer le doute quant à sa finalité. A ce jour, nous savons que la DG MARKT est favorable à un nouveau monopole du marché iGaming grec par l’OPAP mais les corps les plus importants de la Commission Européenne ne sont pas de cet avis : un tel acte irait à l’encontre des règles relatives à la concurrence et la Cour Européenne de Justice ne laisserait probablement pas passer cela.

« Le gouvernement fait tout son possible pour donner à l’OPAP les droits exclusifs d’exploitation et de commercialisation des jeux de hasard en ligne en Grèce, mais la Commission Européenne résiste aux pressions exercées ».

Selon un article publié le 11 avril dans le journal quotidien grec Kathimerini, « le gouvernement fait tout son possible pour donner à l’OPAP les droits exclusifs d’exploitation et de commercialisation des jeux de hasard en ligne en Grèce, mais la Commission Européenne résiste aux pressions exercées ». Dernièrement, le ministre des finances Yannis Stournaras s’est même dit piégé au milieu d’un conflit mêlant Athènes et Bruxelles sur la question des jeux d’argent sur internet. Le gouvernement tente de soumettre une proposition de prolongation du monopole de l’OPAP devant le Parlement alors que de son côté, la Commission Européenne souhaite avoir davantage d’explications, notamment en ce qui concerne l’implication de l’OPAP.

Le droit d’offrir des jeux d’argent en ligne discuté

Le problème du gouvernement grec à l’heure actuelle est qu’il n’a aucun moyen de prouver que l’OPAP a bel et bien payé les droits lui permettant de proposer des jeux d’argent en ligne. Il faut savoir que le monopole de l’OPAP a débuté en 2001 et a été établi pour une durée de 20 ans. Mais, lors de la signature du texte, il n’y avait apparemment aucune mention respective aux jeux de hasard sur internet. De ce fait, la Commission Européenne a conseillé au gouvernement grec de ne prendre aucune décision avant d’avoir reçu l’approbation de cette dernière.

Autant dire que le gouvernement grec est dans une situation très inconfortable. Son objectif étant de prolonger le monopole de l’OPAP avant la Coupe du Monde de football- un des événements les plus lucratifs sur la scène des paris sportifs, il se pourrait bien que ce soit finalement les opérateurs privés qui obtiennent la plus belle part du gâteau, Bruxelles n’étant probablement pas prête de céder aux caprices de la Grèce.

Cet article vous a plu ?
Faites-le savoir !