Casino News

Guerre des eWallets : Skrill à deux doigts de se faire manger par Neteller

Melissa Herrera 9 juillet 2015 - 04:24:19
Guerre des eWallets : Skrill à deux doigts de se faire manger par Neteller

Sur la scène iGaming les casinos en ligne ne sont pas les seuls à se mener la vie dure. En effet, les éditeurs de solutions de paiement prennent eux aussi souvent part au jeu du chat et de la souris et force est de constater que c’est cette fois Optimal Payments PLC, - la maison-mère de Neteller -, qui s’apprête à incarner le rôle du félin assoiffé de pouvoir. Cela fait plusieurs mois que la guéguerre dure entre les deux parties mais selon plusieurs sources, le portefeuille électronique mauve pourrait bien se faire gober par son rival adepte du vert fluo. Que cela changera-t-il pour les joueurs et leurs habitudes ?

Votre portefeuille changera bientôt de garde-robe

La messe est dite depuis la fin du mois de mars. D’ici peu, les fervents utilisateurs du portefeuille électronique Skrill (ancien Moneybookers) devront se rendre à l’évidence : ils seront contraints de basculer de l’autre côté. Effectivement, si la plupart des usagers faisant confiance à l’e-wallet couleur pourpre ne sont jamais allés voir du côté de la concurrence par principe, ils n’auront cette fois d’autre choix que de s’accoutumer aux services de Neteller, le portefeuille électronique érigé par la société britannique Optimal Payments PLC. Car d’ici fin août, la firme anglaise devrait non seulement acquérir Skrill mais aussi l’ensemble de la gamme de solutions du groupe Sentinel Topco Ltd. Cette acquisition ne se fera pas sans un certain sacrifice financier ; on parle d’un prix d’achat de 720 millions d’euros, une somme qui se veut extraordinaire sur le marché des solutions de paiement.

« L’acquisition de Skrill ne sera complète qu’une fois que la FCA britannique aura donné son accord. Cela devrait être fait d’ici le début du mois d’août 2015 ».

Mais pour nous autres amis joueurs, la tournure que s’apprêtent à prendre les événements est pour le moins cruciale. Échanger le mauve pour du vert fluo reflète certes des goûts très douteux, mais ce sont bel et bien les habitudes de consommation des parieurs qui risquent d’en prendre pour leur grade. Si grâce à ce deal historique les fondateurs de Skrill vont pouvoir faire fortune, s’installer aux Bahamas, se mettre au surf et siroter de délicieux cocktails à base de noix de coco à longueur de journée, on attend d’eux qu’ils sauront assurer une transition discrète et sans encombre d’un moyen de paiement à l’autre. Neteller et Skrill offrent au jour d’aujourd’hui des prestations très similaires mais c’est sur le plan culturel que des efforts vont devoir être faits. Il se trouve justement que Skrill est beaucoup plus populaire dans les pays asiatiques que ne l’est Neteller, ce qui ne devrait finalement pas trop froisser les joueurs de casino en ligne français, à moins bien-sûr qu’ils ne soient des descendants de réfugiés politiques provenant du Laos, de Thaïlande ou encore de Birmanie. Plus sérieusement, les rachats, fusions ou transformations de sociétés s’étendent à des domaines dont on ne soupçonnerait pas l’existence, notamment ceux du code international et de l’anthropologie sociale.

Une bien belle affaire pour l’ogre Neteller

Optimal Payments PLC peut se targuer de réaliser un grand coup. Son portefeuille électronique Neteller, aussi vert que l’ogre Shrek, va bientôt reluire de milles éclats à la manière d’un Green Lantern. Seul leader dans son secteur, Neteller a de beaux jours devant lui et s’apprête à se débarrasser de son éternel concurrent de la plus humiliante des manières. De l’étendue royaume de Sentinel Topco Ltd il ne restera que des miettes. Effectivement, la firme ne devrait détenir que 7,9% des parts de Skrill, qu’elle abandonnera finalement à son tortionnaire sans trop de résistance.

Pour autant, un certain nombre de conditions devra être réuni afin de finaliser la transaction. Les discussions avec l’ensemble des actionnaires d’Optimal Payments suivent leurs cours et Sentinel Group doit encore obtenir l’accord des autorités de régulation américaines avant de pouvoir léguer sa méthode de paiement. Envoyés à Londres pour aller à la rencontre des représentants d’Optimal Payments, nos reporters nous ont confirmé que le processus pourrait prendre un certain temps : « L’acquisition de Skrill ne sera complète qu’une fois que la FCA britannique aura donné son accord. Cela devrait être fait d’ici le début du mois d’août 2015 ». Les utilisateurs de Skrill ont donc un bon mois pour faire leur deuil.

Cet article vous a plu ?
Faites-le savoir !