Casino News

France : 10 milliards de dollars de pertes aux jeux d’argent et de hasard en 2015

Melissa Herrera 28 janvier 2016 - 12:06:56
drapeau français pièces euro

Ce n’est pas une blague. L’information a d’ailleurs été relayée par notre confrère Le Monde. L’an passé, les Français ont perdu plus de 10 milliards de dollars (soit près de 9 milliards d’euros) aux jeux de hasard tous types confondus. Et nous parlons bien là de pertes, et non pas de mises ! Comme quoi, en France, jouer au baccarat, au keno, au loto ou aux machines à sous, ça coûte un bras.

Les pertes des joueurs ont augmenté entre 2014 et 2015

Les Français, qui avaient déjà été de sacrés dépensiers en 2014, ont perdu encore plus d’argent aux jeux d’argent en 2015. La hausse de 2% sur les deux années confirme l’attachement que nous avons pour les jeux de hasard, qu’ils soient physiques ou virtuels. Cette fascination pour de tels produits spéculatifs est d’autant plus surprenante que le secteur du gambling est depuis longtemps affecté par la crise malgré une légère tendance à la croissance.

« La hausse de 2% sur les deux années confirme l’attachement que nous avons pour les jeux de hasard, qu’ils soient physiques ou virtuels. »

Sur le plan psychologique toutefois, cette dernière est compréhensible. Pour certains, les jeux de hasard représentent un défouloir, un remède anti-crise, et pour beaucoup, c’est l’espoir de toucher un jour un jackpot s’élevant à plusieurs millions d’euros qui pousse à jouer les flambeurs. C’est la crise dans les portemonnaies mais pas dans les cœurs, et c’est bien là l’essentiel.

La FDJ et les casinos terrestres s’en sortent avec les honneurs

En 2015, la FDJ a su tirer profit de sa situation de monopole comme il se doit et a pu augmenter ses revenus de l’ordre de 4%. En 2015 d’ailleurs, jamais les joueurs français n’ont autant misé aux jeux de la société au trèfle à quatre feuilles. Contrairement à ce que les professionnels du secteur pensent, le marché des paris sportifs en ligne a lui aussi connu un léger boom : la tendance est aux paris sur smartphones et cela a clairement profité aux bookmakers implantés dans l’hexagone. Leurs revenus sont en hausse de tout de même 19%. Quant aux casinos terrestres, ils semblent commencer à sortir la tête hors de l’eau, eux qui ont bénéficié de 2,8% de mises supplémentaires par rapport à 2014.

Cet article vous a plu ?
Faites-le savoir !