Casino News

L’e-sport, nouvelle genèse ou arrêt de mort pour les casinos en ligne ?

Tracy Neeworth 19 août 2015 - 03:48:07
esport competition

Ces dix dernières années, le concept de jeu vidéo professionnel – mieux connu sous l’appellation e-sport –, s’est répandu partout à travers le monde. En Corée du Sud, on se plait d’ailleurs à vénérer ces geeks à lunettes spécialistes de la manette ou du clavier comme de vraies idoles. Et à l’heure où les confrontations endiablées sur des jeux tels que League of Legends® ou Dota 2® envahissent les sites de streaming comme Twitch, les opérateurs de casino en ligne se demandent s’ils ne sont pas en train de passer à côté de quelque chose. Aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans les pays asiatiques industrialisés, on ne parle vraiment plus que de cela ! Alors, l’e-sport, plus qu’un simple phénomène, peut-il se convertir en allié pour les acteurs du marché iGaming ? Ou bien est-il peut-être l’élément déclencheur de leur déclin ?

L’e-sport fait déjà monter les enchères

Ceux d’entre vous qui pensent sceptiquement que l’e-sport n’a pas sa place dans le marché iGaming font malheureusement fausse route – eh oui, désolé de devoir vous contredire. En effet, il existe déjà une dizaine de sites proposant des paris sur les compétitions de sport électronique. Cela n’a rien d’étonnant en soi quand on sait que certains bookmakers britanniques s’amusent déjà à prédire les noms des futurs monarques du royaume, voire encore les gagnants de la grande émission de téléréalité du moment. De ce fait, pourquoi l’e-sport devrait-il faire bande à part ? L’explosion des paris en ligne sur smartphones et tablettes a permis à une nouvelle génération de gameurs de voir le jour. Ces derniers, non pas désintéressés par les casinos en ligne, misent toutefois leur argent sur des sujets qui les passionnent véritablement. L’e-sport, qui appartient à la culture web, en fait partie.

Malgré que son bon goût fasse parfois l’objet de discussion, la culture web est le principal terrain de jeu d’annonceurs aventuriers. Les dirigeants de casino en ligne, qui ont fait de l’internet leur jardin, observent l’avènement de l’e-sport d’un œil mitigé. Les opérateurs qui font dans le trois-en-un (casino, poker, paris sportifs) sont conscients des nombreuses opportunités que peuvent leur offrir des jeux tels que Heroes of the Storm® ou encore Hearthstone®. En revanche, les acteurs davantage spécialisés – ou qui ne peuvent proposer qu’un seul type de jeu sur leur site pour des raisons financières –, pourraient bien passer à la trappe. Le seul moyen pour ces derniers de continuer à exister serait de proposer un contenu pluridisciplinaire, intergénérationnel, et qui répond aux besoins de tous les types de joueurs.

« […] Un peu à l’image du boom du poker qui a profité à bon nombre d’opérateurs au milieu des années 2000, l’e-sport pourrait se transformer en courant majoritaire».

Bien évidemment, il ne faut pas mélanger les choux et les carottes. L’e-sport reste une pratique qu’il est difficile d’affilier à celui de l’iGaming. Par ailleurs, les casinos en ligne ne sont pas encore prêts de connaître la déroute. Pour autant, un peu à l’image du boom du poker qui a profité à bon nombre d’opérateurs au milieu des années 2000, l’e-sport pourrait se transformer en courant majoritaire ; il y a des chances qu’il soit le nouveau phénomène à suivre, d’autant plus qu’il est pour le moment extrêmement localisé géographiquement et démographiquement. Un bel avenir s’ouvre à lui.

L’iGaming ne doit pas bouder l’e-sport

esport equipe allianceEn 2013, Alliance s’était adjugé le titre ultime à Dota 2 ainsi que pas moins d’un million de dollars de gains.

Force est de constater que bon nombre de plateformes évoluant sur le marché iGaming se sont d’ores et déjà positionnées en faveur de l’e-sport. Certains investisseurs audacieux semblent pouvoir dresser le portrait du joueur lambda de demain : un internaute qui est en phase avec les nouvelles technologies, qui adore les jeux vidéo et qui possède une culture web approfondie. De ce fait, une rupture pourrait bien avoir lieu entre le modèle plus « traditionnaliste » – le quadragénaire qui joue aux casinos en ligne suite à une découverte tardive du net –, et celui qui est davantage conforme à la réalité d’aujourd’hui. Les casinos en ligne doivent-ils cibler un nouveau type de clientèle ?

Si l’on considère le fait que la mode de l’e-sport a fait ses grands débuts en Corée du Sud avant de se propager comme un courant majeur dans les principaux pays du monde, sans oublier le fait que plusieurs sites ont déjà fait du sport électronique leur produit phare, il ne fait aucun doute que tous les acteurs du secteur qui nous est cher devront un jour se mettre à la mode e-sport, ce qui pourrait d’ailleurs se traduire par des actions pourquoi pas éloignées du domaine pur et brut du jeu : sponsoring, médiatisation forte voire diversification du domaine d’activité initial.

Cet article vous a plu ?
Faites-le savoir !