Casino News

La Bulgarie instaure son propre marché des jeux d’argent en ligne

Tracy Neeworth 21 mars 2012 - 19:32:27
La Bulgarie instaure son propre marché des jeux d’argent en ligne

En Bulgarie, des législateurs sont parvenus à faire passer une loi devant le parlement. Cette dernière va permettre la libéralisation des jeux d’argent sur Internet. Toutefois, certains parlementaires souhaiteraient également bloquer les sites des opérateurs illégaux, une opinion qui est parfois contestée de part et d’autre du gouvernement.

Faut-il bloquer les opérateurs illégaux ?

Une loi visant à libéraliser les jeux s’argent en ligne en Bulgarie vient de passer au parlement national. La prochaine étape consistera à finaliser la régulation, responsabilité qui sera endossée par la Commission des Jeux de Bulgarie. Les différents textes seront également soumis à la Cour Régionale de Sofia, capitale du pays, qui devra donner son approbation avant la mise en vigueur de la loi.

« A l’occasion de la seconde lecture du texte de loi parlementaire, les législateurs ont pris la décision d’émettre une liste noire qui répertorierait l’intégralité des opérateurs qui sont en situation irrégulière ».

Toutefois, un problème vient s’interposer dans ce qui pourrait ressembler à un processus d’officialisation idéal : les opérateurs illégaux doivent-ils être sanctionnés une fois la régulation effective ? En effet, la logique voudrait que les entreprises non détentrices d’une licence d’exploitation délivrée par la Commission des Jeux de Bulgarie voient leurs sites être bloqués une bonne fois pour toute. A l’occasion de la seconde lecture du texte de loi parlementaire, les législateurs ont pris la décision d’émettre une liste noire qui répertorierait l’intégralité des opérateurs qui sont en situation irrégulière. Cette liste sera envoyée aux fournisseurs d’accès à Internet, qui devront procéder au blocage des sites web mentionnée sur la liste noire.

Une opération anti-illégalité qui a un coût

La régulation des jeux d’argent en ligne en Bulgarie devrait permettre de réaliser des recettes annuelles tournant autour de 50 millions d’euros. Malheureusement, certains activistes prônant la liberté de l’Internet ont déjà lancé une vague de protestation dans tout le pays. Ils sont visiblement radicalement contre le blocage des sites Internet illégaux. Ces derniers auraient même adressé un courrier au nouveau Président bulgare Rosen Plevneliev afin qu’il pose son veto contre l’application de la nouvelle loi. La peur des activistes n’est pas tant que de vulgaires sites de jeux d’argent illicites soient punis, mais plutôt que d’autres sites soient interdits à la population, notamment les réseaux sociaux tels que Facebook ou encore Twitter.

Par ailleurs, le blocage des sites illégaux représente un coût pour les fournisseurs d’accès à Internet, qui n’hésiteront pas à surfacturer les consommateurs. Le problème est donc majeur, puisque même les internautes qui se fichent royalement des jeux de casino en ligne devront payer davantage pour bénéficier d’Internet dans leur domicile.

Cet article vous a plu ?
Faites-le savoir !