Menu Principal

Casino News

Le Requip : un comprimé qui pousse les joueurs à devenir accros

Melissa Herrera 11 janvier 2013 - 14:48:37

Ce comprimé aux vertus peu élogieuses fait en ce moment la une des médias. Utilisé dans le traitement de la maladie de Parkinson, ce médicament provoquerait plusieurs effets secondaires chez le patient. M. Didier Jambart en a fait les frais. Le Requip a créé en lui des pulsions littéralement obsessives et une addiction aux jeux d’argent notamment.

Le Requip et la dépendance aux jeux d’argent

Le Requip, un comprimé circulant sur le marché depuis une dizaine d’année, est utilisé dans le traitement et la prévention des maladies affectant le système nerveux telles que Parkinson mais est également prescrit aux patients souffrant de troubles épileptiques –autisme, schizophrénie et bien plus. Le cas d’un citoyen français, qui a subi les effets indésirables du Requip et qui a été exposé à ce comprimé pendant de bien trop longues années, a tout de suite alerté les autorités sanitaires.

« […] Cet ancien employé de mairie vit naitre en lui des comportements assez troublants, chose que n’est jamais parvenu à remarquer son médecin traitant. Incapable de se contrôler, Didier Jambart a fini par s’éprendre des jeux de loterie. »Didier Jambart, un homme d’une cinquantaine d’années vivant en France a en effet porté plainte après avoir été la victime de ce médicament « diabolisé ». L’individu a commencé à prendre le médicament en 2003 et aurait progressivement augmenté ses doses sur prescription médicale. Très vite, cet ancien employé de mairie vit naitre en lui des comportements assez troublants, chose que n’est jamais parvenu à remarquer son médecin traitant. Incapable de se contrôler, Didier Jambart a fini par s’éprendre des jeux de loterie. Ses proches ont confié à la télévision qu’il pouvait dépenser jusqu’à 10 000€ par mois au PMU et aux jeux de la FdJ. Endetté, Didier Jambart s’en est remis au sexe pour trouver l’autosatisfaction qu’il n’arriverait pourtant jamais à combler. Ce dernier a tenté à huit reprises de mettre fin à ses jours et aurait été interné en clinique psychiatrique avant que certains praticiens ne mettent fin à son traitement. Depuis, l’addiction aux jeux d’argent et au sexe s’est évanoui. L’homme peut enfin mener -à nouveau, une vie normale.

Qui a raison, qui a tort ?

Si l’arrêt de son traitement a permis à Didier Jambart de retrouver le cours normal de sa vie, les professionnels de santé affirment que le Requip ne provoquerait aucune sorte de pulsions chez le patient. Toutefois, ils admettent que le comprimé peut dans de rares cas amplifier le malaise psychologique enfoui chez certains individus. Ainsi, le Requip aurait pour effet d’aider les instabilités mentales du patient à faire surface.

Alors que Didier Jambart a nourri des obsessions pour les jeux d’argent et le sexe, d’autres pourraient commencer à devenir accro à la propreté, ou développer certains tocs comme appeler au moins dix fois par jour leur conjoint. Il est clair que cela nous rendrait complètement malade !