Casino News

Le Royaume-Uni décidé à sanctionner les opérateurs offshores

Tracy Neeworth 29 août 2013 - 15:32:54
parlement britannique

Las de la situation actuelle de son marché iGaming, le Royaume-Uni est déterminé à sanctionner les opérateurs offshores qui proposent des jeux de hasard aux internautes britanniques tout en bénéficiant d’avantages fiscaux. Alors qu’il était déjà clair que les opérateurs ayant déserté la belle Albion paieraient des taxes, le gouvernement de notre voisin outre-Manche a décidé de ne plus revoir le taux d’imposition appliqué sur leurs revenus à la baisse. La volonté du Royaume-Uni de pénaliser les sociétés manquant à leurs engagements est ferme.

Fini le temps de l’indulgence, place aux sanctions !

Le Royaume-Uni en a visiblement assez d’être indulgent vis-à-vis des opérateurs de jeux de hasard virtuels implantés en dehors du territoire britannique. Les sociétés de jeux étrangères vont être lourdement imposées en vue d’une très prochaine modification de la loi portant sur les jeux en ligne. Il faut dire que le Royaume-Uni représente un véritable éden pour les opérateurs offshores : non seulement ce marché est-il l’un des plus actifs sur la scène mondiale mais il est également beaucoup moins rigoureux d’un point du vue fiscal. Les sociétés iGaming ayant choisi leur base loin de la belle Albion mais proposant tout de même leurs services aux parieurs en ligne anglo-saxons bénéficient même de conditions financières plus qu’attrayantes.

« […] En plus d’un nouveau système de taxation, il est prévu que les peines encourues par les sociétés fraudeuses soient elles aussi beaucoup plus lourdes ».Or, tout ce joli cirque va bientôt prendre fin. Le gouvernement britannique a décidé de se faire violence et posera bientôt des limites très explicites, ce qui devrait éviter à plus d’un opérateur de vouloir contourner la loi. Le nouveau texte officiel changera complètement la donne puisque les sociétés de jeux implantées à l’étranger seront taxées à hauteur de 300 millions de livres sterling. Cette initiative stricte démontre que le gouvernement de notre voisin nordiste n’est plus enclin à la souplesse. D’ailleurs, en plus d’un nouveau système de taxation, il est prévu que les peines encourues par les sociétés fraudeuses soient elles aussi beaucoup plus lourdes.

Les opérateurs basés à Gibraltar dans le viseur

Les peines étaient jusqu’alors assez souples mais ce temps est révolu. Les opérateurs peu consciencieux risqueront bientôt jusqu’à sept ans d’emprisonnement, preuve que le problème de la migration offshore est pris très au sérieux par le gouvernement britannique. Les sociétés iGaming n’auront dorénavant d’autre choix que d’obtenir une licence s’ils souhaitent opérer légalement sur le territoire anglais : ils seront taxés à hauteur de 15%. Toutefois, la nouvelle loi n’a pas encore été adoptée. Elle devra avant tout passer devant le Parlement, à la mi-septembre. Si la loi est bel et bien promulguée, les opérateurs basés à l’étranger auront du souci à se faire. De grandes enseignes telles que William Hill et Bwin.Party, toutes basées à Gibraltar- territoire nourrissant les controverses, devront rapidement régulariser leur situation sous peine d’être sévèrement punies.

Cet article vous a plu ?
Faites-le savoir !