Casino News

Rien ne va plus pour les casinos terrestres en France !

Yannick Martial 28 janvier 2013 - 16:15:01
Rien ne va plus pour les casinos terrestres en France !

Malgré l’appel à l’aide lancé par les syndicats de casinotiers en France, la situation des opérateurs de jeux d’argent terrestres ne cesse de s’enliser. Dernièrement, les directeurs de casino viennent de prendre connaissance de chiffres alarmant concernant le PBJ. Du fait de leur déficit financier qui ne cesse de grandir, les casinos doivent maintenant diminuer leur masse salariale. Plusieurs milliers d’emplois pourraient donc être supprimés dans le courant de l’année. Il y a urgence.

Le gouvernement fait le sourd d’oreille

La situation est désastreuse pour les quelques cent quatre-vingt-seize casinos qui opèrent dans l’hexagone. En plus d’avoir enregistré une baisse de leur chiffre d’affaires de 1,8%, le PBJ –qui représente la différence entre le montant moyen des mises placées par les joueurs et leurs gains, montre des résultats très instables. Ainsi, le PBJ aurait subi une hausse de 5% pour les jeux de cartes, alors qu’il serait retombé à 2,5% pour les jeux de machine à sous. Il faut savoir que le PBJ sera l’un des éléments primordiaux dans le cadre de la future taxation.

« La situation est désastreuse pour les quelques cent quatre-vingt-seize casinos qui opèrent dans l’hexagone. En plus d’avoir enregistré une baisse de leur chiffre d’affaires de 1,8%, le PBJ […] montre des résultats très instables. »Les premiers à en souffrir seront évidemment les casinos français, dont les trois syndicats représentatifs (Casinos de France, Syndicat des Casinos Modernes de France et Association des Casinos Indépendants Français) n’ont cessé de multiplier les efforts pour combattre leur mal être. En dernier recours, les syndicats ont même adressé un courrier à Jean-Marc Ayrault, notre Premier Ministre, quémandant son soutien et lui demandant de mettre fin à l’entêtement de son gouvernement.

L’innovation comme ultime échappatoire

Les casinotiers français sont convaincus que l’innovation peut leur permettre de redresser la barre. Plusieurs projets-prototypes ont été développés et les résultats de ces derniers sont concluants. De nouveaux jeux de cartes ont ainsi nettement sensibilisé les joueurs ; de nouveaux horaires exclusifs ont permis d’augmenter le nombre de parieurs qui jouent aux machines à sous. Malheureusement, si ces projets veulent véritablement voir le jour, le gouvernement doit modifier les textes de loi qui sont actuellement en vigueur. La plupart d’entre eux n’autorisent pas tous les jeux.

Les Ministères de l’Intérieur et du Budget n’ont encore fait aucune annonce concernant la réécriture des textes réglementaires. Un silence qui pèse et qui entraîne un vent de pessimisme parmi les professionnels du secteur des jeux d’argent. « Si la situation n’évolue pas rapidement, nous allons devoir dégraisser. Il n’y aura pas d’autre choix que de licencier du personnel », nous confie le directeur d’un établissement Partouche à la Grande-Motte, dans l’Hérault. Plus de 150 000 postes sont concernés par ces éventuelles suppressions d’emplois partout en France.

Cet article vous a plu ?
Faites-le savoir !