Casino News

Scandale aux USA: recherché par les casinos, la tête de Fabius Junior est mise à prix

Yannick Martial 6 novembre 2015 - 12:30:11
Scandale aux USA: recherché par les casinos, la tête de Fabius Junior est mise à prix

Thomas Fabius persiste et signe. En effet, déjà dans le collimateur de la justice française pour ses activités frauduleuses, il est désormais visé par un mandat d’arrêt aux États-Unis. Le fils du Ministre Français des Affaires Étrangères risquerait bien, pour une fois, de devoir assumer ses dettes, tant ces dernières sont colossales. En effet, le « fils de » est, cette fois, accusé d’avoir émis des chèques en bois dans différents casinos de Las Vegas pour un montant dépassant les 3,2 millions d’euros ! Le procureur du comté de Clark, dont dépend l’état du Nevada, a bien décidé de pousser Thomas Fabius à répondre de ses actes devant la justice américaine avec ce mandat d’arrêt. On vous décortique toute l’affaire ci-dessous.

La soirée qui valait des millions

L’affaire remonte au 15 mai 2012, soit la veille de la nomination de Laurent Fabius au sein du gouvernement de François Hollande. En effet, alors que papounet venait juste d’arriver au Quai d’Orsay, Thomas avait quant à lui décidé de s’offrir une petite session de gambling à Vegas ! Et il se trouve que l’homme réputé pour être un véritable accro aux jeux d’argent n’a pas failli à sa réputation ce jour-là. En effet, Fabius Junior s’est offert une virée survoltée sur le Strip ! Premièrement, le flambeur a fait escale au casino du Palazzo. Pour pouvoir profiter du portefeuille de jeux du casino, ce dernier a même rédigé trois chèques à l’en-tête de la banque italienne Banca Monte dei Paschi di Siena. L’ardoise montait alors déjà à 1,6 million de dollars. Loin de s’arrêter en si bon chemin, Fabius a ensuite poursuivi sa soirée au casino l’Aria, dans lequel il décida de remplir pas moins de cinq chèques à l’en-tête de la Société Générale, et ce pour la modique somme de 1 million de dollars. La soirée du trentenaire s’est alors terminé au Cosmopolitan, où Fabius a rédigé une nouvelle fois un chèque en bois de 900 000 euros.

Persona non grata, sur l’ensemble du territoire !

« La porte-parole du procureur, Audrie Locke, a précisé à nos confrères du journal Le Monde que le mandat qui vise le multimilliardaire est effectif sur l’ensemble du territoire américain continental ! »

Il aura fallu attendre un an suite à cette soirée pour que la plainte qui allait déboucher sur le mandat d’arrêt soit déposée ! En effet, le 12 avril 2013, le procureur du comté de Clark - chargé, entre autres, de faire respecter la législation sur les jeux d’argent -, a décidé de confronter Thomas Fabius à ses dettes. En effet, l’homme a affirmé qu’au moment des faits, il ne faisait aucun doute que Fabius savait qu’il remplissait des chèques en bois. La porte-parole du procureur, Audrie Locke, a précisé à nos confrères du journal Le Monde que le mandat qui vise le multimilliardaire est effectif sur l’ensemble du territoire américain continental ! Eh oui, ce pauvre Thomas ne pourra même plus se retrancher à Atlantic City pour ses prochaines sessions de jeu, sous peine d’être arrêté !

Quand les cadavres sortent des placards…

Mais il n’y a pas que sur le nouveau continent que Thomas Fabius a fait des siennes. En effet, il semblerait que le High Roller ait aussi laissé une expérience amère aux employés du casino de Monte-Carlo suite à sa visite. En effet, alors que l’homme dispose d’une ligne de crédit d’un million d’euros (à peine !) dans l’établissement, ses dépenses lors de son séjour dépassent largement ce seuil ! L’Etat monégasque, qui est propriétaire du casino, permet même au joueur de se refaire grâce à un prêt de 650 000 euros. Mais une fois encore, Fabius quitte les lieux avec une dette de 2 millions d’euros sur les bras. De plus, le casino Mamounia de Marrakech soupçonne l’homme d’avoir utilisé un faux e-mail de sa banque afin d‘obtenir une ligne de crédit dans l’établissement. Thomas Fabius n’a décidément pas froid aux yeux. Et si la plupart de ses problèmes avec la justice avaient toujours pu se régler sans grand problème, il semblerait bien que, pour une fois, l’homme ne pourra pas compter sur son large réseau pour l’aider à se sortir de ce mauvais pas ! Game-over !

Cet article vous a plu ?
Faites-le savoir !