Casino News

Les Tops et les Flops des casinos en ligne en 2015

Melissa Herrera 23 décembre 2015 - 07:38:18
Les Tops et les Flops des casinos en ligne en 2015

L’année 2015 est sur le point de s’achever, il est donc temps de faire le bilan de cette année qui fut riche en joies et déceptions sur le marché français des casinos en ligne. Au programme de ce récapitulatif : des casinos qui ferment, des dirigeants qu’on enferme, de nouveaux opérateurs et gadgets high-tech qui révolutionnent le jeu en ligne… Suivez le guide !

Les Tops

1. L’élégant Monsieur Vegas débarque sur le marché français

Lancé en septembre 2015, le dandy des casinotiers virtuels a rapidement conquis le cœur des joueurs français pour devenir le casino web numéro 1 sur le marché. Si les concurrents de Monsieur Vegas cherchent encore les raisons de ce succès insolent, on vous les livre ici : un bonus de bienvenue de 200€ sans condition de mise, un service client attentif, des machines à sous NetEnt et des paiements rapides. Pas de doute que notre moustachu continuera à faire parler de lui en 2016…

2. Toujours plus de casinos français NetEnt

Si l’année 2015 a vu la fermeture de plusieurs casinos français NetEnt, de nouveaux opérateurs ont comblé le vide avec de nouvelles offres de bienvenue et la ludothèque NetEnt en vitrine. Parmi ces nouveaux casinos français NetEnt, on a particulièrement apprécié Mad Slots Casino et son gros package de bienvenue de 1500€, mais aussi les casinos Luckland, Oscar Bianca et Vegas Casino. Bref, si on fait le calcul, une quinzaine de casinos NetEnt sont aujourd’hui accessibles aux joueurs français.

3. De nouveaux logiciels de jeux pour nous divertir

De nombreux fournisseurs de jeux ont quitté le marché français ces dernières années, on pense ici aux Microgaming, Playtech et NeoGames. Si l’éditeur NetEnt profite de la faible concurrence pour dominer le marché français, de nouveaux fournisseurs font leur apparition sur les casinos français et entendent bien s’accaparer une partie du gâteau. Les créateurs Genii, Endorphina et The Art of Games font partie de ces petits nouveaux qui ont enrichi la ludothèque des opérateurs cette année. On a particulièrement apprécié les machines à sous révolutionnaires de Genii disponibles sur Lucky 31, Casino Extra et Dublinbet.

4. Les machines à sous 3D de NetEnt et Betsoft mènent la danse

Si les joueurs les plus nostalgiques continuent de jouer sur les machines à sous classiques de 3 rouleaux et 1 ligne de paiement au design tout droit sorti d’une salade de fruits, la tendance est aujourd’hui aux machines 3D. Inutile de vous dire que les éditeurs NetEnt et Betsoft sont à la pointe de la technologie 3D et nous offrent régulièrement des bijoux d’animation graphique qui font le régal des joueurs. Parmi les excellentes machines à sous 3D sorties cette année, on peut citer Dracula™, Steam Tower™, Weekend in Vegas™, The Tipsy Tourist™ et la toute dernière de Betsoft A Christmas Carol™. Nul doute que les machines 3D continueront de s’attirer les faveurs des joueurs en 2016, mais la technologie 4D arrive…

5. Une immersion plus grande grâce à la réalité virtuelle

Nous étions les premiers à vous en informer cette année, la technologie 4D est aujourd’hui accessible aux joueurs de casino en ligne. Pour l’heure, seuls les joueurs du casino Slots Million peuvent utiliser leur casque de réalité virtuelle Oculus Riftpour jouer en ligne mais la révolution a commencé en 2015 ! Pour ceux qui l’ignorent encore, les casques de réalité virtuelle vous permettent de jouer sur les machines à sous comme dans un vrai casino. Vous vous déplacez dans un univers virtuel à 360 degrés et vous communiquez avec les autres joueurs comme dans un casino terrestre, seul différence de taille : vous êtes confortablement assis dans votre salon. Les casques de réalité virtuelle seront également vendus avec la Playstation 4 en 2016… La révolution 4D est en marche !

Les Flops

1. Cresus Casino se retire du marché français

Lancé en 2014, Cresus Casino a fermé ses portes aux joueurs français en mai 2015. L’opérateur aura duré moins d’un an sur le marché français, au grand dam des joueurs que nous sommes ! Cresus Casino était rapidement devenu l’un des meilleurs casinotiers en ligne et marchait sur les pas de Tropezia Palace. Pour ce qui des raisons de la fermeture, elle s’explique par la chasse aux sorcières lancée par les autorités hexagonales. Il est à noter que les joueurs belges ou suisses peuvent toujours s’inscrire sur Cresus Casino, les veinards…

2. Neteller avale ses concurrents

Pour ceux qui ont raté la guerre des fournisseurs de paiement en 2015, on vous fait le résumé : Skrill, anciennement dénommé Moneybookers, rachète Ukash. Skrill devient donc propriétaire des tickets prépayés Paysafecard (rachetés en 2013) et Ukash. Le géant vert Neteller est pas content et décide de se payer Skrill moyennant un petit billet d’un milliard de dollars. Neteller se retrouve donc propriétaire de deux solutions de portefeuilles électroniques et deux marques de tickets prépayés. Le géant vert décide donc de saborder Ukash au profit de Paysafecard. Pour ce qui est des portefeuilles électroniques, il est désormais possible de créditer votre compte Neteller avec votre compte Skrill… Bref, Neteller est aujourd’hui en situation de monopole, le géant vert en profitera-t-il pour augmenter les frais de paiement ou bloquer les transactions vers les casinos en ligne ? Réponse en 2016.

3. Les escrocs des groupes Affactive et Revenue Jet finissent en prison

C’est en plein mois de juillet que les casinos des groupes Affactive et Revenue Jet ont subitement fermé leurs portes. Parmi les casinos web concernés, on retrouve WinPalace, Casino Titan, Golden Cherry, Grand Macao et Ruby Royal. Certains de ces casinos acceptaient les joueurs français ; inutile de dire que ces derniers ont définitivement perdu leur balance de jeu. La raison d’un tel fiasco ? Les dirigeants des casinos cités, accusés par les autorités américaines d’escroquerie en bourse et de hacking. Si ces dirigeants véreux vont passer quelques années en prison, pas sûr que la réputation des casinos en ligne se soit améliorée en 2015…

4. Les casinos terrestres français coulent

Il est encore trop tôt pour faire le bilan de l’activité des casinos français terrestres en 2015, mais les quelques informations parues dans la grande presse ne sont pas optimistes. Les casinos terrestres souffrent économiquement : les petits casinos ferment, les projets de gros casinos comme à Paris ou à Marseille ne voient pas le jour et les joueurs privilégient d’autres types de jeu d’argent. Comme souvent, les dirigeants des casinos terrestres accusent les méchants concurrents (les réseaux de vente de la FDJ et du PMU, les casinos en ligne) et ne se remettent pas en cause. Si la sortie de crise n’a pas eu lieu en 2015, qu’en sera-t-il en 2016 ?

5. Cinq ans après son ouverture, le marché français stagne

Les espoirs nés de l’ouverture officielle du marché des jeux en ligne en 2010 sont bel et bien morts. Cinq ans après le vote de la loi, force est de constater que le nombre d’opérateurs licenciés diminue, le montant des mises et du nombre de joueurs actifs stagnent ! Dernier opérateur à jeter l’éponge en juin de cette année : la salle de poker PKR. Si les sociétés de paris sportifs génèrent des revenus positifs une année sur deux (lors des coupes du monde et championnats d’Europe de foot), la plupart des opérateurs limitent drastiquement leur investissement sur le marché français. Pour ce qui est des responsables de ce fiasco, on peut citer la taxation totalement débile sur les mises et non sur les revenus des sociétés de jeu, la limitation du taux de redistribution des jeux qui affectent la bankroll des joueurs, l’interdiction pour les bookmakers licenciés d’ouvrir un réseau physique similaire à celui de la FDJ et du PMU et enfin le bannissement des casinos en ligne…

Si vous avez vécu des tops ou des flops au cours de cette année 2015 sur les casinos en ligne, nous vous invitons à nous faire partager votre expérience dans les commentaires ci-dessous. Nous vous souhaitons une excellente fin d’année 2015, et que la chance vous accompagne en 2016 !

Cet article vous a plu ?
Faites-le savoir !