Casino News

Une libéralisation prochaine du marché des jeux en ligne au Portugal ?

Edouard Lopez 18 octobre 2013 - 07:40:39
Une libéralisation prochaine du marché des jeux en ligne au Portugal ?

A l’heure où deux orientations continuent à s’opposer dans l’Union Européenne par rapport au statut économico-institutionnel des jeux de hasard sur internet, le Portugal semble être prêt à rejoindre l’Italie, la France et l’Espagne. En effet, l’ancienne Lusitanie pourrait bientôt libéraliser les jeux d’argent en ligne sur son territoire.

Légaliser les jeux d’argent pour combattre la crise

Le statut économique et institutionnel des jeux d’argent soulève toujours de nombreuses questions en Europe. D’une part, certains États soutenus par la Commission Européenne ont l’ambition de lancer ce type d’activité, de l’ouvrir à la concurrence et de développer la pratique des paris sur internet. De l’autre, on trouve des gouvernements qui essaient de mettre en place une réglementation très protectrice envers les joueurs, quitte à continuer à exercer un monopole national. Le Portugal semble vouloir suivre la première tendance et étudierait en ce moment un projet de loi d’ouverture du marché des jeux de hasard sur le web.

« Le Portugal semble vouloir suivre la première tendance et étudierait en ce moment un projet de loi d’ouverture du marché des jeux de hasard sur le web ».

Le but de cette mesure consistera bien évidemment à aider le pays à mieux combattre la crise financière. Un régime de taxation rigoureux permettra de renflouer les caisses de l’État et de mettre fin à l’endettement. A noter qu’à l’heure actuelle, la société d’état Santa Casa de Misericordia de Lisboa possède un monopole total sur la commercialisation de jeux d’argent au Portugal. Si elle est la seule entreprise autorisée à proposer de tels jeux à la population, cela est tout de même susceptible de changer dans les mois à venir.

Un projet à l’étude et sans garantie aucune

Le gouvernement portugais a constitué un groupe d’enquête qui sera chargé d’aborder cette libéralisation dans les meilleures conditions. En effet, il est avant tout nécessaire de déterminer quel type de régime sera adopté et quelles sont les solutions permettant de satisfaire aux exigences de l’Union Européenne. Il y a donc fort à parier que le comité d’étude entrera en contact avec les grands régulateurs continentaux, notamment l’ARJEL et l’AAMS.

Il est clair qu’une libéralisation du marché des jeux de hasard en ligne pourrait permettre au Portugal de mieux s’armer face à sa dette publique, qui devient de jour en jour plus importante. Les experts ont estimé qu’un tel marché pourrait générer 250 millions d’euros de revenus tous les ans. Reste à savoir si cela suffira à éponger les obligations que le Portugal doit à ses créanciers. En effet, sa dette publique correspond à 130% de son PIB. L’Union Européenne a déjà accordé une aide financière de 78 milliards d’euros au Portugal en 2011. Autant dire que la mission s’annonce périlleuse et qu’il faudra bien plus qu’une simple « mesurette » pour permettre à notre voisin européen de se tirer d’affaire.

Cet article vous a plu ?
Faites-le savoir !